Intimement liée au développement de l’informatique, la géomatique est née dans les années soixante-dix alors qu’un ingénieur géographe employa pour la première fois l’appellation pour faire allusion au mariage de la géographie avec l’informatique. De nos jours, la géomatique est définie comme étant un champ d’activités qui a pour but d’intégrer les moyens d’acquisition et de gestion des données à référence spatiale en vue d’aboutir à une information qui sera souvent déterminante dans la prise de décision. Elle consiste en trois types d’activités distinctes : la collecte, le traitement et la diffusion des données géographiques.

La collecte a pour but de constituer un référentiel représentant au mieux la réalité de terrain à partir de photographies aériennes, d’images satellites, de relevés direct sur le terrain et de la numérisation de documents papiers existants (cartes, cadastre etc.)

Le traitement informatique des données géographiques consiste à intégrer les données recueillies dans des logiciels spécialisés appelés SIG (systèmes d’information géographique).

La diffusion de l’information géographique peut se faire selon plusieurs moyens : soit l’Internet, la production d’atlas géographiques mais aussi les systèmes de navigation embarqués dans les véhicules (GPS et autres).

Ayant une influence décisionnelle dans plusieurs secteurs d’activités, les domaines d’application de la géomatique sont donc nombreux : la géographie, la topographie, la navigation, le géomarketing, l’hydrographie, la foresterie, l’aménagement du territoire, l’urbanisme, l’agriculture, la gestion des risques et la gestion cynégétique.